miércoles, 20 de diciembre de 2017

Le Bourgeois Gentilhomme

ORIGINES
Le Bourgeois gentilhomme est une comédie-ballet écrite par Molière sous forme de prose. Une comédie-ballet est un genre faisant intervenir ensemble la danse et la musique dans une pièce de théâtre.

Dans cette pièce, Molière se moque d'un riche bourgeois qui veut imiter le comportement et le genre de vie des nobles.

Le succès qu'elle remporta immédiatement est sans doute lié au goût des contemporains pour ce qu'on appelait les turqueries (Une turquerie désigne une œuvre d'art issue de la mode orientale). L'origine immédiate de l'œuvre est liée au scandale provoqué par un ambassadeur turc. Le Roi-Soleil a déployé tout le faste dont il est capable pour impressionner l'ambassadeur turc. Son brocart d'or est tellement couvert de diamants qu'il semblait « environné de lumière ». Pourtant au sortir de la réception, l'invité aurait dit à des proches : « Dans mon pays, lorsque le Grand Seigneur se montre au peuple, son cheval est plus richement orné que l'habit que je viens de voir. ». L'anecdote fait le tour de la Cour et Louis XIV, piqué au vif, cherche un moyen de ridiculiser les Turcs dont l'ambassadeur a osé ne pas être ébloui par le Roi-Soleil.

 L'INTRIGUE
Riche bourgeois, M. Jourdain entend acquérir les manières des gens de qualité. Il décide de commander un nouvel habit plus conforme à sa nouvelle condition et se lance dans l'apprentissage des armes, de la danse, de la musique et de la philosophie, autant de choses qui lui paraissent indispensables à sa condition de gentilhomme.
Il courtise Dorimène, une marquise veuve, amenée sous son toit par son amant, un comte autoritaire, qui entend bien profiter de la naïveté de M. Jourdain et de Dorimène.
Sa femme et Nicole, sa servante, se moquent de lui, puis s'inquiètent de le voir aussi envieux, et tentent de le ramener à la réalité du prochain mariage de sa fille Lucile avec Cléonte. Mais ce dernier n'étant pas gentilhomme, M. Jourdain refuse cette union.
Cléonte décide alors d'entrer dans le jeu des rêves de noblesse de M. Jourdain, et avec l'aide de son valet Covielle, il se fait passer pour le fils du Grand Turc. Il obtient ainsi le consentement de M. Jourdain, qui se croit parvenu à la plus haute noblesse après avoir été promu « Mamamouchi » lors d'une cérémonie turque burlesque organisée par les complices de Covielle.

PERSONNAGES
M. Jourdain est un personnage créé et joué par Molière lui-même. C'est le personnage principal du récit, il est l'étudiant en « gentilhommerie ». Il est amoureux de la marquise Dorimène. Il est vaniteux, naïf et capricieux et manipulé pendant une grande partie de cette histoire.
Mme Jourdain est, dans l'ensemble des personnages féminins de Molière, une figure singulière. Elle apparaît dans peu de scènes de la comédie, et quand cela arrive, c'est toujours pour s'opposer à son mari, soit en face, soit par des coups bas. C'est le personnage le plus « vieux jeu » de la pièce, mais elle n'est jamais ridiculisée et a quand même joué un rôle d'intrigante envers monsieur Jourdain à la fin de l'histoire.
Lucile est la fille de M. Jourdain. Elle représente dans cette pièce, un des principaux contrastes. Elle garde les aspects fragiles de la jeune fille amoureuse, naïve.
Nicole, la servante, forte de son rire et de son caractère paysan, parle devant son maître d'une façon décontractée et sans complexe, comme la plupart des servantes apparaissant chez Molière.
Cléonte est le cliché de l'amoureux honnête homme, devenu dans Le Bourgeois gentilhomme un jeune libertin jouant un amoureux transi prêt à tout pour que son amour soit réciproque, même à se déguiser en imaginaire fils du Grand Turc.
Covielle est le valet de la pièce, il est à Cléonte ce que Nicole est à Lucile. Mais son rôle bascule : il n'est plus le valet balourd et devient le maître de la comédie de la « turquerie ».
Dorante joue un rôle déconcertant. Intrigant et sans scrupule, c'est aussi le complice du piège organisé par Covielle et Cléonte. Il obtient ce qu'il veut en manipulant les autres.
Dorimène est une veuve qui se permet de tout faire, malgré tous les efforts de M. Jourdain. Elle sous-entend à l'acte III qu'elle va épouser Dorante et confirme ses dires à l'acte IV.
Le Maître de musique est un homme pratiquant l'art pour gagner de l'argent. Il considère M. Jourdain comme un moyen facile de s'enrichir, et s'oppose en cela au Maître à danser, qui profite des largesses de son élève mais voudrait qu'il soit capable d'apprécier la danse à sa juste valeur.
Le Maître d'armes enseigne le maniement du fleuret à monsieur Jourdain. Très sûr de lui et de la supériorité de la science du combat, il provoquera une dispute entre lui, le Maître à danser et le Maître de musique par son mépris pour leurs arts. L'ensemble tournera à la bagarre quand le Maître de philosophie, plus rhéteur que véritable philosophe, décrètera la suprématie de ce qu'il appelle philosophie, quand on voit qu'il ne fait qu'apprendre à monsieur Jourdain les mouvements des lèvres intervenant dans la prononciation des voyelles et de quelques-unes des consonnes.
Le Maître tailleur profite de la naïveté de M. Jourdain, en lui affirmant que ses vêtements sont portés par les gens « de qualité » pour le convaincre de les acheter et de les porter lui aussi, malgré leur ridicule.
Les Garçons tailleurs, au service du Maître tailleur, extorquent également de l'argent à M. Jourdain par la flatterie en le gratifiant de divers titres de noblesse : « Ma foi ! s'il va jusqu'à l'Altesse, il aura toute la bourse. ».
Deux laquais


MOLIÈRE 


Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est un comédien et dramaturge français, baptisé le à Paris et mort le à Paris.
Le 23 janvier 1662, Molière signe un contrat de mariage avec Armande Béjart, « âgée de vingt ans ou environ », qu'il épouse religieusement le 20 février. 
Issu d'une famille de marchands parisiens, il s'associe à 21 ans avec une dizaine de camarades, dont la comédienne Madeleine Béjart, pour former la troupe de l’Illustre Théâtre qui, malgré la collaboration de dramaturges de renom, ne parvient pas à s'imposer à Paris.
À l'automne 1645, Molière quitte Paris. Il passe les treize années suivantes à parcourir les provinces du royaume. À cette époque, des troupes itinérantes — on en compte une petite quinzaine— sillonnent les routes de France, menant le plus souvent une vie précaire. l’Église continue, dans de nombreuses villes, petites ou grandes, de s'opposer aux représentations théâtrales. Quelques troupes cependant jouissent d’un statut privilégié, qu'elles doivent à la protection d'un grand seigneur amateur de fêtes et de spectacles. 

Au début de 1658, la troupe, qui est dès lors considérée comme la meilleure « troupe de campagne » du royaume, décide de gagner Paris pour tenter de s'y implanter. Philippe d'Orléans, dit « Monsieur », frère unique du roi, qui leur accorde sa protection. Le 24 octobre, ils se produisent au Louvre devant Louis XIV, Anne d'Autriche, Mazarin et les comédiens de l'hôtel de Bourgogne. 

Ses pièces ont une si extraordinaire réussite, puisque l'on n'y voit rien de forcé, que tout y est naturel, que tout y tombe sous le sens. 
  
Saison 1670-1671 : Louis XIV, qui vient de recevoir à Versailles l'ambassadeur ottoman Soliman Aga, veut donner à sa cour une comédie-ballet où des Turcs apparaissent sur scène à leur désavantage. Molière compose le texte, Lully la musique : l'ensemble donne Le Bourgeois gentilhomme. Le texte et l'intrigue n'ont ici qu'une importance secondaire, l'accent étant mis sur le côté spectaculaire d'une pièce qui se termine dans une « apothéose burlesque ». Donnée sept fois devant la cour en octobre 1670, puis au Palais-Royal à partir du 23 novembre, la pièce est « si populaire que tout Versailles et Paris en chantaient les airs.

Signe de la place emblématique qu'il occupe dans la culture nationale, le français est couramment désigné comme « la langue de Molière », au même titre que l'anglais est « la langue de Shakespeare ».

ACTIVITÉS DE 4º DE ESO
ACTIVITÉS DE 1º BACHILLER

jueves, 14 de diciembre de 2017

C'EST NOËL!!!!!!!

Que de souvenirs!!! Vient Noël et qui n'a pas chanté cette chanson!




ÉCOUTE LA CHANSON ET ESSAYE DE COMPLÉTER LES PAROLES

A  C'est la belle nuit de 
B  La neige étend son manteau 
A  Et les yeux levés vers le 
B  À genoux, les petits 
C  Avant de fermer les 
C  Font une dernière 

  Refrain :
A  Petit Papa 
A  Quand tu descendras du 
D  Avec des jouets par 
D  N'oublie pas mon petit 

E  Mais avant de 
E  Il faudra bien te 
F  Dehors, tu vas avoir si 
F  C'est un peu à cause de 

G  Il me tarde tant que le jour se 
D  Pour voir si tu m'as 
G  Tous les beaux joujoux que je vois en 
D  Et que je t'ai 

Refrain 

D  Le marchand de sable est 
H  Les enfants vont faire 
D  Et tu vas pouvoir 
H  Avec ta hotte sur le 
I  Au son des cloches des 
I  Ta distribution de 

J  Et quand tu seras sur ton beau 
K  Viens d'abord sur notre 
J  Je n'ai pas été tous les jours très 
K  Mais j'en demande 




activité online ici

plus d'activités

maintenant tu peux écrire ta lettre au père Noël ici

miércoles, 15 de noviembre de 2017

Le Bourgeois Gentilhomme

l'Auteur, Molière
Jean Baptiste Poquelin naît à Paris en 1622, fils de Marie Cressé et d'un marchand tapissier, Jean Poquelin. Son père devient tapissier ordinaire du roi, mais sa mère meurt alors qu'il n'a que dix ans. Jean-­­Baptiste suivra des cours au collège jésuite de Clermont, avant de partir à Orléans y faire des études de droit. Mais il renoncera à une carrière juridique prometteuse et à l'héritage de son père pour devenir comédien. En 1643, il fonde avec des amis, les Béjart, une troupe nommée « L'illustre théâtre », qui fera faillite en 1645. Il est à la fois, acteur, auteur, dramaturge, metteur en scène et directeur de troupe. En Octobre 1658, après plusieurs années passées en province, ils jouent pour la première fois devant Louis XIV et obtiennent ainsi la résidence dans la salle du Petit Bourbon. En 1660, ils devront la quitter. Louis XIV mettra alors à leur disposition la salle du Palais Royal, construite par Richelieu. C'est là que Molière a joué jusqu'à son dernier jour. Cette salle, appelée de nos jours « la Comédie Française », a un autre nom qui en dit long : « La maison de Molière ».

Les pièces de Molière (trente-­­trois au total) se caractérisent par leur diversité(farces, comédies d'intrigues, comédies-­­ ballets, grandes comédies, pièces à  machines…), mais elles trouvent leur unité dans le rire. Le comique moliéresque a traversé les siècles, mais surtout, il était impitoyable envers le pédantisme des faux savants, le mensonge des médecins ignorants, la prétention des bourgeois enrichis.Il a écrit, entre autres, « Le bourgeois gentilhomme », « L’école des femmes », « Tartuffe », « Les fourberies de Scapin », « L'Avare », « Le médecin malgré lui », « Le Malade Imaginaire"

Contrairement à la légende, qui veut que Molière soit mort sur scène, le 17 février 1673, en réalité il a été pris d'un malaise au cours de la quatrième représentation de la pièce «Le malade imaginaire» sur la scène du Palais Royal. Il est mort chez lui dans la soirée, à l'âge de 51 ans. Il a été enterré, de nuit, de façon quasi-­­clandestine le 21 février 1673.

Complétez les trous dans le texte en utilisez les mots ci-­ ­dessous :
classes sociales -­­ habits -­­ incompatibles -­­ ironie -­­ musique 

Le titre de la pièce est un oxymore, c’est à dire une figure de style qui associe deux mots a priori ……………………………………. En effet, M. Jourdain est un riche bourgeois, qui vient d’une famille de marchands de vêtements. D’autre part, au temps de Molière, un gentilhomme* est par définition un noble de naissance : un “bourgeois gentilhomme” ne peut donc pas exister. Cette combinaison de mots produit de l’……………………………………. : Molière veut se moquer des ……………………………………., autant de la bourgeoisie prétentieuse que de l’aristocratie snobe et ridicule. Jourdain veut ressembler à un gentilhomme et apprendre les manières des « gens de qualité », comme il les appelle. Pour cela, il prend des cours avec un professeur de danse et de ……………………………………., avec un maître d’armes et avec un maître de philosophie. Il se fait faire aussi des ……………………………………. sur mesure avec un tailleur. Cette situation provoquera une série de scènes où M. Jourdain se ridiculise sans s’en rendre compte… *synonyme de gentilhomme : noble ou aristocrate.